Par

Le blog-notes de Radio Notre-Dame

Le blog-notes du 29 juin 2015 – Jamais sans ma revue ! (À 04:06 sur le site de Radio Notre-Dame en réécoute)

Louis Daufresne : L’été est là, les vacances et le soleil peuvent faire de nous des carpettes ! Pour ne pas bronzer idiot, pour rattraper, l’été, ce que l’on n’a pas réussi à faire les mois de travail, vous avez des propositions…

Hélène Bodenez : En effet ! La question du repos, des loisirs m’intéresse. Comment faire pour que le repos, toute sorte de repos, soit salutaire, non pas paresse et laisser-aller ? Comment ne pas laisser son esprit en jachère ? Il faut d’abord du temps, et les vacances justement nous en proposent. On prend du recul, on vit plus lentement, on peut lire davantage en décidant de se déconnecter d’images mouvantes, de mini-écrans qui nous font baisser la tête. Relevons-la et essayons d’entrer dans une pensée suivie, dans les sujets du moment qui demandent de ne pas être naïfs. Ainsi, partons en vacances par exemple avec une ou deux revues.

L.D. : Ce n’est pas une ambition trop intello ?

H.B. : On peut voir les choses comme cela, car vous avez raison, certaines revues appuient sur ce champignon d’un intellectualisme hors sol. Mais j’ai en tête des revues culturelles accessibles en prise avec les débats de société incontournables pour des chrétiens amenés à rendre compte de l’espérance qui est en eux. On peut décider de s’abonner à l’une d’entre elles, pour quelques mois ou pour un an. On s’attarde dans une couleur intellectuelle. On peut emprunter à la bibliothèque un ancien numéro, je pense par exemple à un numéro de 2011 d’Esprit, celui où Emmanuel Macron dans un article « Les labyrinthes du politique » plaidait pour les nécessités du temps long quand le politique, piégé par les échéances électorales, est le plus souvent compressé par un temps court.

J’emprunte aux bibliothèques bien pourvues en général, au CDI de mon lycée, Communio, Commentaire ou Le Débat. Intéressant par exemple, l’article de la revue Études du mois de mai sur les séries télévisées. Particulièrement efficaces aussi dans la plupart d’entre elles les recensions de livres ou de films que vous ne pouvez pas tous lire ou voir et qui vous laissent informés. Des articles seuls peuvent être achetés en ligne sur le site Cairn.

L.D. : Est-ce que vous avez des préférences, Hélène ?

H.B. : Forcément.  Et surtout, toutes ne nourrissent pas l’intelligence de manière sûre  et il faut choisir. En ce moment, je lis le dernier numéro de Liberté politique, le 65, consacré à « L’abrogation de la loi Taubira ». L’équipe constituée pour défendre le dossier est très solide, pas moins de sept intervenants : articles, interviews, documents pointus mais accessibles. Le prochain sort en juillet, pour le cinquantième anniversaire de Gaudium et Spes.

Je lis bien entendu le numéro 2 du Mook bisannuel La Boussole. Esthétiquement, il en jette ! Mixte entre magazine et book. Il ne fait pas contrairement aux autres revues déjà citées l’impasse sur les images. Ce numéro deux creuse dans un thème qui nous est cher « L’éveil des consciences : Pourquoi le monde doit changer », essaie de toucher un public très large avec un bel effort de vulgarisation. J’ai tout aimé, y compris la BD de la fin de Quentin Denoyelle ou le reportage sous le mode roman-photo « Good morning Erbil » de Sylvain Tesson. Une préférence évidemment pour l’article de Ludovine de La Rochère qui au-delà d’un bilan révèle le clivage nouveau entre transhumanistes et bio-conservateurs. Bref, une revue totale !